Le Lean Construction : le Lean Management façon bâtiment

vendredi 10 mars 2017

Le Lean Construction : le Lean Management façon bâtiment


gmex-cabinet-conseil-expert-ingenierie-projets-industriels-specialiste-mouvement-mecanique-metallurgie

On entend souvent dire que les gaspillages sur les chantiers font partie intégrante du BTP. Il en va également des retards, des accidents du travail,… Une solution émerge depuis quelques années : le Lean Construction.

Qu’est-ce que le Lean ?

Le terme lean (de l’anglais lean, « maigre », « sans gras », « dégraissé ») sert à qualifier une théorie de gestion de la production qui se concentre sur la « gestion sans gaspillage », ou « gestion allégée », ou encore gestion « au plus juste ».

Le système Lean tel qu’on le connait aujourd’hui a été développé dès les années 1930 au Japon. Cette philosophie a été pensée par quelques ingénieurs de Toyota. Ce système peut être résumé en 5 objectifs :

1. Spécifier ce qui crée de la valeur pour le client,
2. Identifier la chaîne de valeur actuelle,
3. Transformer cette chaîne en flux continu,
4. Tirer ce flux au rythme exact de la demande,
5. Viser la perfection en diminuant continuellement le lead time (délai de mise en œuvre).

Le Lean est la réponse au besoin des entreprises actuelles d’excellence opérationnelle.

Qu’en est-il pour la construction ?

Le Lean a été adapté à la construction dans les années 90. Il vise à améliorer la chaîne de création de valeur par l’élimination des gaspillages. De plus, le Lean Construction repose sur des flux tirés plutôt que poussés et le Just In Time*.
Le produit semi-fabriqué n’avance dans la chaîne de production que dès qu’il y a une demande (interne ou externe). La conséquence sera la limitation des stocks dans l’entreprise et sur le chantier.
Il est également nécessaire d’assurer la bonne collaboration entre l’ensemble des acteurs sur le chantier. En effet, le Lean ne s’applique à un morceau du chantier ou à une entreprise mais à l’ensemble du chantier : de la conception à la réalisation finale.

Les sources de gaspillages identifiées et dont le Lean veut en faire la chasse sont :

• La surproduction : fabrication d’un ouvrage destiné à la destruction sans valorisation par le client,
• Les attentes : causées généralement par un manque de matériel, de matériaux, de main d’œuvre,…
• Les transports : on pense ici à la logistique générale. L’acheminement des matériaux est une étape nécessaire à la création de valeur sans toutefois y participer. Il faut les réduire au minimum.
• La sur-qualité : valeur supérieure aux attentes du client et sans valorisation de sa part,
• Les stockages : le stockage a un coût par la place qu’il prend, les nombreux déplacements…
• Les déplacements : on a tous vu des ouvriers travailler sur une partie du chantier et leurs matériaux se trouver dans une autre partie. Le temps perdu en déplacement est alors considérable,
• La non-qualité : on trouve ici les malfaçons qui devront être à terme corrigées. Plus un défaut est corrigé tard, plus son coût est élevé.

Le Lean Construction vise à créer le plus de valeur pour le client en évitant les gaspillages sur le chantier.

Sébastien Toulon, AMCO Performance

*Just in time : juste à temps

gmex-cabinet-conseil-expert-ingenierie-projets-industriels-specialiste-mouvement-mecanique-metallurgie

Leave a Comment